• IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE

Accueil > Actualités > Point de presse du Directeur Général de la Police nationale du Burundi sur la (...)

Point de presse du Directeur Général de la Police nationale du Burundi sur la sécurisation de l’opération d’enregistrement des électeurs pour les élections de 2015

Dans le cadre du Plan de Sécurisation des élections de 2015, la Police nationale du Burundi (PNB) s’est engagée à informer le public sur la situation sécuritaire qui prévaut à chaque étape du processus électoral afin de donner une information impartiale et fiable sur les violations au code électoral rapportées ou constatées car, de part l’expérience du passé, il a été constaté que certains acteurs apprécient la sécurité du processus électoral en fonction de leurs objectifs électoraux. Cette information est d’autant fiable que la police et l’armée sont présentes sur tous les 3483 centres d’inscription

JPEG - 64.9 ko

CPP André Ndayambaje, Directeur Général de la Police Nationale du Burundi

Jusqu’à ce 18ème jour d’enrôlement, aucun incident n’a remis en cause l’enregistrement des électeurs sur l’un ou l’autre bureau de vote et même en dehors des bureaux de vote, la situation sécuritaire est très bonne. La population vaque normalement à ses activités et les mouvements transfrontaliers sont normaux et réguliers.

Cela étant, l’environnement sécuritaire qui règne a été, quelque peu, dérangé par des cas d’infractions au code électoral. Treize cas d’infractions au code électoral ont été rapportées aux bureaux locaux de la police judiciaire et les enquêtes sur ces cas sont en cours. il s’agit des cas suivant :

En province Makamba, la CEPI Makamba a porté plainte contre deux élèves du Lycée Communal de Nyange qui étaient en train de collecter les récépissés des autres élèves sur ordre du directeur et ce dernier est en garde à vue ; en commune Kayogoro, le Parquet de Makamba a émis un mandat en vue de rechercher et appréhender un mandataire qui a sillonné plusieurs centres d’inscription en demandant aux agents enregistreurs d’arrêter le travail ; en province Muyinga, commune Gashoho, un chef de colline a été surpris en train de remplir des cartes nationales d’identité (CNI) à son domicile ; en commune Buhinyuza, une personne a été surprise en train de compléter des CNI avec une machine de la paroisse ; en commune Isale, une personne a été surprise en possession de deux CNI. Elle s’était aussi enrôlée deux fois, l’une à Mubimbi, l’autre à Isale ; en commune Mutambu, sur information de la population, la police est à la recherche d’une personne qui serait en possession de deux CNI ; en commune Rugombo, une personne en possession de deux CNI a été appréhendée ; dans la même commune, la police est en train d’enquêter sur un cas de cinquante (50) CNI qui seraient passées dans les mains du Directeur du Collège communale de RUKANA ; en mairie de Bujumbura, la police est en train d’enquêter sur quatre cas de détention illégale de CNI qui ont été dénoncés respectivement par la population dans les communes de Musaga, Kinindo, Rohero et Kamenge ; en commune Kabezi, une personne a été surprise en possession de 12 CNI ; en commune Burambi, la police enquête sur une personne surprise en possession de sept CNI, sept fiches vierges et 51 fiches complétées ; en commune Gasorwe, trois personnes ont été appréhendées pour avoir sensibilisé la population à ne pas se faire enregistrer ; enfin, en commune Gitaramuka, un agent recenseur a été surpris avec 60 récépissés cachés dans ses poches.

JPEG - 47.4 ko
Deux cent soixante sept cachets saisis à Kamenge

En plus de ces cas d’infractions au code électoral rapportés à la police judiciaire, la police a saisi, dans le quartier de Mirango en commune urbaine de Kamenge, plusieurs effets et outils utilisés par des faussaires dans la production de faux documents. Les effets saisis sont notamment 267 cachets de divers services de l’Etat et des communes, plusieurs spécimens de diplômes et plusieurs sortes d’attestations, des CNI et une machine à écrire. Malheureusement, l’auteur présumé a pris le large avant l’arrivée des forces de l’ordre. Ces faussaires sont forcément les producteurs des CNI qui ont été saisies par la police et certainement de celles qui seraient dans les mains de certains acteurs que la police apprend par le biais des médias mais qui ne sont curieusement pas communiquées à la police ou au Ministère Public.

La Police rappelle au public et particulièrement aux acteurs au processus électoral que la fouille-perquisition est un acte judiciaire qui est effectué dans le cadre réglementaire connu par la police, sous la responsabilité ou avec mandats du Ministère Public. Ceci pour dire que les fouilles perquisitions effectuées dans d’autres conditions sont de nul effet, surtout que même les saisies annoncées n’ont pas été remises aux instances habilitées.

Grosso modo, les faits criminels et de délinquance qui ont été constatés par la police judiciaire, jusqu’à ce 18ème jour, sont essentiellement ceux liés à la violation du code électoral (13 cas), à la criminalité de droit commun comme faux et usage de faux (01 cas) et à l’usurpation des fonctions publiques ainsi que d’autres actions de nature subversive que certaines organisations semblent vouloir entreprendre.

En collaboration avec les autres partenaires de la sécurité du processus électoral, la police nationale du Burundi réaffirme son engagement à prévenir la criminalité en général et en particulier à sécuriser tout le processus électoral dans le strict respect de la loi et des institutions républicaines.

JPEG - 82.4 ko
Présentation à la presse des objets saisis à Kamenge

OP1 RUPFUNYIMPINGA Dieudonné

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Actualités

Emission radio et télévisée de la semaine du 17 au 23/9/2018
21 septembre, par Constance NKOBWA
Cette emission parle de la formation en matière de la sécurité routière à (...)
une rentrée scolaire en toute sécurité
20 septembre, par Dieudonné Niyonzima
L a semaine du 10 au 16 septembre 2018 a été généralement calmeꓸLa population a (...)
  • facebook
  • twitter
  • Ministère de la Sécurité Publique
    Ngagara,Quartier Industriel,
    Avenue Nyabisindu,N° 17
    Bujumbura, Burundi.
    Téléphone1 :+257 22 22 24 78
    Téléphone2 :+257 22 22 98 67
    FAX : +257 22 22 90 90
    Boite Postal : 7413 Bujumbura

    Secrétariat Permanent : +257 22258265
    Assistant du Ministre : +257 22258264
    E-mail : infos@securitepublique.gov.bi