• IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE

Accueil > Actualités > La Commission Nationale de lutte contre la prolifération des Armes Légères (...)

La Commission Nationale de lutte contre la prolifération des Armes Légères est à l’oeuvre.

Les activités de la Commission Nationale de lutte contre la prolifération des Armes Légères et de petit Calibre(CNAP)

Le 29 Avril 2006,le Gouvernement créa la Commission Technique de Désarmement de la population civile et de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre(CTDP).Cette commission développa une stratégie nationale de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre et le désarmement de la population civile qui fut adoptée par le Gouvernement le 12 octobre 2006 .

Le 26 mai 2008,le gouvernement modifia le décret 100/123 d’Avril portant création de la Commission Technique et ainsi créa la Commission pour le Désarmement de la Population Civile et la lutte contre la Prolifération des ALPC(CDCPA).Celui-ci a à son tour été modifié par le décret n°100/19 du 07 octobre 2010 portant Création,Organisation,et Fonctionnement de la Commission Nationale Permanente de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre(CNAP)actuelle.Sa création trouve son origine dans la politique générale du gouvernement pour être mis en application par le Ministère de la Sécurité Publique MSP).

Dans un entretien avec la cellule de communication du MSP,le Président de la CNAP le Commissaire de Police Laurent KABURA a indiqué que la CNAP exécute les programmes suivants :
- Le programme de sensibilisation
- Le programme de relevage et destruction sécurisée des ALPC
- Le Programme de l’ observatoire de la violence armée
- Le Programme de marquage des armes de l’Etat(la traçabilité des armes de l’Etat) et gestion de la base de données des ALPC.

Les sensibilisations se font par la conjugaison des efforts des membres de la CNAP,la population,l’ administration,la société civile(ligue ITEKA,SERUKA,IZERE,...),la police et la justice.La CNAP a un chef d’antenne dans chaque province et des points focaux dans 9 ministères.

Les sensibilisations se font à travers les radios,les télévisions,les lieux de rassemblement public,les communiqués dans les églises,les jeux,etc.

La CNAP a déjà fait deux grandes campagnes de sensibilisation au niveau national,celui de 2009 et de 2013.En 2009,la campagne était arme contre outil(la personne qui rendait son arme à la CNAP recevait quelque chose en contre partie) et en 2013 armes contre développement communautaire c’est à dire la construction des écoles,hôpitaux ou marchés dans les Provinces où la population rendait volontairement beaucoup d’armes.

Lors de ces sensibilisations,on oriente les détenteurs des armes de les acheminer vers les postes de police les plus proches.

Aux récalcitrants,la police fait son travail par ses moyens professionnels pour récupérer ces armes qui présentent un grand danger pour les vies humaines.Par exemple le rapport annuel de la ligue ITEKA de 2007 indique que sur 641 personnes assassinées,40,4 % et 15,3 l’étaient par l’utilisation de grenades et 23,3 % par couteaux.De la même façon,sur 470 personnes blessées, 34,4 % l’étaient par fusils et grenades et 52,3 % par armes blanches(couteaux)

.

Quant à la CNAP, via le secrétariat permanent chargé de la gestion et du contrôle des armes légères et de petit calibre, va prendre les armes rendues ou saisies dans les différents postes de police dans tout le Pays afin de les stocker dans des endroits sécurisés en attendant leur destruction à MUDUBUGU(Province BUBANZA).

Depuis 2009,la CNAP a déjà récuperé et détruit les armes suivantes :
-55 armes d’appui ;
-3159 kalash ;
-515 pistolets ;
-1532 bombes ;
-155 mines ;
-115 roquets ;
-21419 grenades ;
-289 dynamites ;
-224 détonateurs ;
-10740 caisses vides de cartouches ;
-416397 cartouches,etc

JPEG - 59.4 ko
CP KABURA Laurent,Président de la CNAP

Le commissaire de Police Laurent KABURA a ainsi saisi l’occasion de prévenir toute personne qui reste avec une arme de la rendre dans un poste de Police le plus proche car la lois n°1/14 du 28 Août 2009 portant régime des armes légères et de petit calibre a supprimé tous les permis de détention d’arme y compris ceux qui les avaient obtenues légalement avant cette date.

Cependant,des demandes peuvent être adressées au Ministre ayant la sécurité Publique dans ses attributions et celui-ci ordonne à la CNAP d’étudier ces cas.Signalons ici que le demandeur doit fournir des arguments convaincants concernant les motifs du besoin de cette arme y compris celui d’avoir une arme que les forces de défense et de sécurité ne détiennent.

S’agissant de l’Observatoire de la Violence Armée(OVA), c’est un organe chargé du suivi et collecte de tous les incidents causés par la violence armée et quelques mois après,fait des statistiques afin de déterminer les régions les plus touchées.

Egalement,la CNAP fait le marquage des armes conformément aux engagements des Etats faisant partie de la Déclaration de Nairobi et du Protocole de Nairobi sur les ALPC.

Ces Pays s’engagent à :
- Marquer chaque arme légère et de petit calibre au moment de la fabrication,avec un marquage unique fournissant le nom du fabricant,Pays et le lieu de fabrication et le numéro de série.Le marquage devrait être gravé sur canon,la curasse,et si nécessaire,la glissière.
- Marquer chaque arme légère et de petit calibre au moment de l’importation,avec un simple marque permettant l’identification du Pays d’importation et de l’année de fabrication et de l’année d’importation et un numéro unique afin que l’arme puisse être tracée.
- S’assurer que toutes les armes légères et de petit calibre en possession de l’Etat soient marquées avec une marque unique.
- S’assurer de la conservation,pendant au moins 10 ans,des informations relatives aux armes légères et de petit calibre,nécessaires pour tracer et identifier ces armes,qui sont illégalement produites et l’objet de trafic,et pour empêcher et détecter de telles activités.

Enfin,la CNAP est chargé du suivi des instruments régionaux et internationaux auxquels le Burundi a ratifié dans le cadre de la lutte contre les ALPC :Protocole de Nairobi,traité de Kinshasa,etc.

OP2 NZOHABONAYO Patrick

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Actualités

Pour mieux encadrer les jeunes en vacances
9 août, par Dieudonné Niyonzima
Dans l’avant-midi du 08 aout 2018, le Ministre de la Sécurité Publique et de (...)
UNE SEMAINE JONCHEE D ‘ACCIDENTS DE ROULAGE
8 août, par Dieudonné Niyonzima
La semaine du 30 juillet au 05 Aout 2018 a été caractérisée par des accidents (...)
  • facebook
  • twitter
  • Ministère de la Sécurité Publique
    Ngagara,Quartier Industriel,
    Avenue Nyabisindu,N° 17
    Bujumbura, Burundi.
    Téléphone1 :+257 22 22 24 78
    Téléphone2 :+257 22 22 98 67
    FAX : +257 22 22 90 90
    Boite Postal : 7413 Bujumbura

    Secrétariat Permanent : +257 22258265
    Assistant du Ministre : +257 22258264
    E-mail : infos@securitepublique.gov.bi