• IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE

Accueil > Actualités > IG/PNB : causeries éthiques dans les commissariats provinciaux

IG/PNB : causeries éthiques dans les commissariats provinciaux

Du 03 au 05 avril 2018, l’Inspection Générale de la Police Nationale du Burundi a effectué des descentes dans tous les commissariats provinciaux. Il s’agissait d’animé des causeries éthiques à l’endroit des brigadiers et agents de police car les officiers en avaient bénéficié avec le ministre de la sécurité publique à travers tout les commissariats régionaux durant les mois de février et mars 2018.

L’Inspecteur Général de la Police nationale du Burundi, CPP Ndayambaje André a dévoilé, au cercle des officiers de la police à Ngagara où il tenait la première causerie pour le commissariat municipal le 03 avril 2018, les points à l’agenda qui devraient être traités. A commencer par l’information générale sur la situation sécuritaire du pays, devait également être vues les questions de la discipline, du bien être et les conditions de travail des policiers ; les grands rendez-vous nationaux pour lesquels il fallait un effort sécuritaire particulier(les jeux de la CECAFA pour les moins de 17 ans qui se tiendront mi-avril dans les provinces de Ngozi,Muyinga et Gitega, la campagne et le vote pour le référendum constitutionnel prévu pour le moi de mai 2018 et d’autres) ; les valeurs fondamentales pour la profession de policier ; les principes de l’usage légal de la contrainte.

Sur l’état sécuritaire ,CPP Ndayambaje a fait savoir que parmi les menaces à la sécurité figuraient les accidents de roulage, les cas d’embuscade sur la route Bujumbura-Rugombo, la recrudescence du trafic des être humains surtout des jeune filles vers les pays du golfe persique, les boissons prohibées où les fabricants sont souvent en complicité avec les administratifs et les policiers qui s’abstiennent de les rechercher en cas de fuite lors des fouilles et perquisitions. Il a également mentionné des cas d’escroquerie, de stellionat, de chantage qui sont de nature à perturber la sécurité et la tranquillité publique et ternir la confiance qui doit exister entre la population, l’administration et les forces de sécurité.

L’Inspecteur Général Adjoint de la Police CPP Bizimana Godefroid est allé dans les provinces de Kayanza et Cibitoke. Il a salué le travail abattu par la police durant les trois premiers mois de l’année 2018. Sur le principe de l’usage légal de la contrainte, il a rappelé les cinq règles d’or à respecter avant de recourir à la contrainte légale par le policier. Il s’agit notamment de la légalité à laquelle se fonde l’intervention, la nécessité pour agir, l’opportunité de l’acte, la proportionnalité des forces en présence, l’effectivité ou le résultat escompté.

A la fin de chaque causerie, des conseils et recommandations devaient être prodigués aux participants. Il s’agissait notamment de la lutte contre la corruption sous toutes ses formes, de la promotion des valeurs fondamentales pour tout policier. Les policiers ont été recommandés de respecter et protéger les droits de la personne en garde à vue en proscrivant dans les maisons de détention la pratique de demande d’argent pour l’achat des bougies par les anciens occupant de ces maisons et surtout en respectant les délais légaux de la garde à vue . Le respect et la préservation de l’environnement ont aussi été évoqués et les policiers ont été appelés à prendre le devant dans ce travail qui figure d’ailleurs parmi ses missions.

Chaque commissariat provincial recevait une délégation conduite par l’Inspecteur Général de la Police ou son adjoint ou un autre haut cadre et chef de service de l’ l’Inspection Générale de la Police Nationale.
Les commissaires provinciaux ont chacun dans sa circonscription décrit la situation sécuritaire qui prévalait.

A Cibitoke, le commissaire provincial a démenti les rumeurs faisant état de la présence d’éléments armés visant à perturber la sécurité au niveau de la frontière burundo-rwandaise et des infiltrations de rebelles en provenance de la République Démocratique du Congo. Il néanmoins signalé des à main armée et des vols dans les ménages, des extractions artisanales des minerais d’or occasionnant des accidents souvent mortels liés aux éboulements de terrains, les pluies torrentielles qui détruisent des maisons et des cultures, des croyances superstitieuses dégénérant dans des règlements de compte et de la justice populaire, des accidents de roulage et quelques cas de détention illégale d‘armes à feu.

Dans la province Rumonge, l’accueil des refugié en provenance de l’Est du Congo a été géré avec précaution car parmi la population qui demandait asile figuraient des éléments identifiés comme des combattant Mai Mai. Ils ont été appréhendés et remis aux autorités congolaises tandis que le refugiés civils ont été transférés dans les camps de Ngozi, Cankuzo et Muyinga.

Signalons que les policiers ont posé peu de questions car la gestions quotidienne de leurs doléances est bien assurée par leurs chefs hiérarchique chacun à son niveau.

OP1 NIYONZIMA Dieudonné

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Actualités

Des opérations fructueuses
13 novembre, par Dieudonné Niyonzima
La semaine du 02 au 10 novembre 2018 a été caractérisée par du calme sur tout (...)
Emission radiodiffusée du 26 Octobre 2018.
29 octobre, par Dieudonné Niyonzima
La cellule communication du ministère de la sécurité publique et de la gestion (...)
  • facebook
  • twitter
  • Ministère de la Sécurité Publique
    Ngagara,Quartier Industriel,
    Avenue Nyabisindu,N° 17
    Bujumbura, Burundi.
    Téléphone1 :+257 22 22 24 78
    Téléphone2 :+257 22 22 98 67
    FAX : +257 22 22 90 90
    Boite Postal : 7413 Bujumbura

    Secrétariat Permanent : +257 22258265
    Assistant du Ministre : +257 22258264
    E-mail : infos@securitepublique.gov.bi