• IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE

Accueil > Actualités > Kanyosha : Deux Ministres tiennent conjointement une réunion de (...)

Kanyosha : Deux Ministres tiennent conjointement une réunion de sécurité

Ce 28 octobre 2014, dans les enceintes du Petit Séminaire de Kanyosha, le Ministre de l’intérieur et celui de la Sécurité Publique ont conjointement tenu une réunion de sécurité à l’intention des autorités administratives à la base (les administrateurs communaux et les chefs de quartiers), la population ainsi que les chefs de poste de la police œuvrant dans la circonscription de la Mairie de Bujumbura.


De gauche à droite Son Excellence CPP Gabriel Nizigama (Ministre de la Sécurité Publique), Son Excellence Eduard Nduwimana (Ministre de l’intérieur) et Saïdi Djuma (Maire de la ville de Bujumbura)

La réunion s’inscrivait dans l’optique de l’Etat de faire la sécurité une affaire de tous. Le pas franchi en matière de sécurité est satisfaisant, d’où une libre circulation des personnes et des biens sur tout le territoire national en tout temps. Mais, il faut comprendre la sécurité non seulement dans l’absence de trouble, mais plutôt dans toutes ses dimensions. L’absence de trouble ne signifie pas l’absence des cas de criminalité de droit commun, ce qui explique l’existence des corps de défense et de sécurité dans tout pays. On a récemment observé des cas de faux pasteurs qui se cachent derrière des prédications pour véhiculer des messages divisionnistes et de destruction.

"L’objectif principal de la réunion est de s’enquérir des questions sécuritaires de la population et ainsi trouver des réponses communes" a indiqué le Ministre de l’intérieur.

Quant au Ministre de la Sécurité Publique, tout en constatant que la sécurité est relativement bonne en Mairie de Bujumbura ainsi que dans tous le pays en général, il a tenu à rappeler que la Mairie de Bujumbura est une circonscription administrative spéciale à une criminalité aussi spéciale. Ceci est due à la diversité de population qui la compose. La ville est peuplée de personnes de diverses mœurs. De cas d’insécurité pouvant s’observer ça et là ne peuvent signifier que la situation est alarmante. La police ne ménagera aucun effort pour traquer et traduire en justice toute personne qui cause l’insécurité, quelque soit sa profession ou sa nationalité.


Vue d’ensemble des participants

Quant aux participants, outre la criminalité de droit commun, ils ont soulevé la question d’insécurité qui prévalait avant la mise en place de barrières à corde à Ngagara et Jabe et qui avaient apporté une nette amélioration der la sécurité. Mais, la police les a dernièrement enlèvées alors qu’elles les aidaient dans le contrôle des passants surtout âprès 23h00. Ils souhaitent que ces barrières soient encore remises.


Interview de S.E le Ministre de la Sécurité Publique

Le Ministre de la sécurité publique a tenu à rappeler que les administratifs n’ont le droit de faire que des barrières d’impôts et taxes. Mais, s’il s’agit de barrières à caractère sécuritaire ou de contrôle de personnes dans leurs libertés, c’est l’apanage des forces de l’ordre et de sécurité qui en ont la responsabilité. La recommandation est que ces barrières soient enlevées le même jour dans les communes où elles sont érrigées. Le DG PNB doit se concerter avec les administrateurs concernés pour arrêter des mesures communes ne violant ni le droit de l’un ni le droit de l’autre. "Si les barrières viennent à se maintenir, la présence de la police est obligatoire", a conclu le Ministre de la sécurité publique.

OP1 Dieudonné Rupfunyimpinga

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Actualités

Buganda:Un groupe terroriste a massacré 26 personnes
16 mai, par NKOBWA Constance
La semaine du 7 au 13 Mai 2018 a été marquée par le carnage de 26 personnes (...)
De nouveaux Officiers de la Police Judiciaire ont clôturé leur formation.
14 mai, par Dieudonné Niyonzima
Un total de 154 sous-officiers, 21 femmes et 133 hommes dont 05 militaires (...)
  • facebook
  • twitter
  • Ministère de la Sécurité Publique
    Ngagara,Quartier Industriel,
    Avenue Nyabisindu,N° 17
    Bujumbura, Burundi.
    Téléphone1 :+257 22 22 24 78
    Téléphone2 :+257 22 22 98 67
    FAX : +257 22 22 90 90
    Boite Postal : 7413 Bujumbura

    Secrétariat Permanent : +257 22258265
    Assistant du Ministre : +257 22258264
    E-mail : infos@securitepublique.gov.bi