• IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE
  • IMPARTIALITE - INTEGRITE - DIGNITE

Accueil > Actualités > L’Institut supérieur de Police, troisième institut le plus performant au (...)

L’Institut supérieur de Police, troisième institut le plus performant au Burundi !

Siège de l’Institut supérieur de Police à Mitakataka (BUBANZA)

Ce sont les conclusions de l’évaluation institutionnelle de la qualité. Elle a été réalisée par la commission nationale de l’enseignement supérieur en dates du 16 juin au 11 juillet 2014. L’évaluation concernait tous les établissements d’enseignement supérieur du Burundi. Dans la catégorie des instituts, l’Insitut supérieur de police (ISP) a été classé troisième au niveau nationale, sur les 16 instituts évalués. L’outil de l’évaluation était axé sur : la qualité des infrastructures et équipements, le personnel administratif, le personnel technique, le personnel d’appui, la gouvernance administrative, la gouvernance académique, la gouvernance financière, les publications scientifiques et le service rendu à la communauté.
Candidats Officiers de police en formation à l’ISP

Il a été dévancé respectivement par l’Institut nationale de santé publique, INSP (classé premier) et l’Ecole nationale d’administration, ENA (classée deuxième). Pour les instituts qui forment les hommes en uniforme, l’ISP vient avant l’Institut supérieur des cadres militaires, ISCAM (classé dixième). Le dernier du classement est l’ISTG. Dans les rubriques « personnel technique, gouvernance administrative et gouvernance financière », l’ISP a obtenu 85 % de la note tandis que dans « service rendu à la communauté », il n’en a obtenu que 20 %. Pour le paramètre « publications scientifiques », tous les instituts ont obtenu la note de 0 sur 100 car certains instituts n’ont pas donné les informations existantes ou les publications ne sont ni inventoriées ni cataloguées.

Dans un entretien que l’OPC2 NAHIMANA Anaclet, Directeur de l’ISP, vient de nous accorder, il s’est réjouis que l’établissement qu’il dirige ait obtenu cette place avec une note de 60.5 %. Il explique cet exploit qu’il juge le plus impartial et objectif par les efforts consentis par son personnel et l’appui indéfectible du Ministère de la sécurité publique à cet institut. Il n’a pas oublié aussi la contribution des différents partenaires techniques et financiers du Ministère de la sécurité publique. Il a émis le souhait de voir l’ISP classé premier lors de l’évaluation suivante et s’est engagé à doubler d’effort pour réaliser ce rêve. Il a précisé que l’évaluation s’est basée sur des critères standards utilisés dans la communauté est-africaine (EAC) et ailleurs dans le monde.
Il a indiqué que malgré cette bonne place, l’ISP a encore besoin des appuis multiformes et que des correspondances y relatives ont été déjà adressées à l’hiérarchie.

Pour rappel, l’ISP a été créé en 1979. Depuis sa création, il a eu beaucoup d’appellations : Ecole de la Police Municipale jusqu’en 1983, Ecole de Police de Sécurité Publique jusqu’en 1989, Ecole Nationale de Police jusqu’en 2004 et Institut Supérieur de Police à partir de 2005. Depuis 1981 jusqu’en 1996, la formation dispensée était orientée dans le sens strictement technique. A partir de 1997, l’autorité de tutelle a adopté une formation académique complétée par la formation policière. Le niveau de recrutement était le diplôme des humanités générales et techniques homologué. Dans les enceintes de l’ISP, seule la faculté de droit était ouverte, les autres étudiants qui poursuivaient leurs études dans d’autres filières étaient envoyés à l’Université du Burundi. Cela est resté ainsi jusqu’en 2003, date du dernier recrutement qui a été suivi, fin 2011, par les candidats ayant le niveau licence ou équivalent pour suivre la formation professionnelle. Ces derniers sont à la fin de leur stage probatoire pour le moment. Une deuxième promotion de cinquante neuf candidats officiers est en train de suivre la formation professionnelle. L’ISP a aussi organisé six sessions de formation d’harmonisation à l’intention des officiers en cours d’emploi. Il dispose d’une expertise en matière d’ingénierie de formation et d’élaboration des syllabus de cours.

OP1 NKURIKIYE Pierre

commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Actualités

Emission radio et télévisée de la semaine du 01 au 07/10/2018
5 octobre, par Constance NKOBWA
Emission radio et télévisée parlent de la semaine de l’association des (...)
Policiers chrétiens, pour plus d’intégrité
1er octobre, par Dieudonné Niyonzima
L’Association de Policiers Chétiens du Burundi Christian Police Association (...)
  • facebook
  • twitter
  • Ministère de la Sécurité Publique
    Ngagara,Quartier Industriel,
    Avenue Nyabisindu,N° 17
    Bujumbura, Burundi.
    Téléphone1 :+257 22 22 24 78
    Téléphone2 :+257 22 22 98 67
    FAX : +257 22 22 90 90
    Boite Postal : 7413 Bujumbura

    Secrétariat Permanent : +257 22258265
    Assistant du Ministre : +257 22258264
    E-mail : infos@securitepublique.gov.bi